Approche préventive par l'alimentation et les habitudes de vie

Archives de août, 2012

Tour de taille et santé

Le syndrome métabolique, vous connaissez? On en parle de plus en plus dans les médias, votre médecin l’a peut-être mentionné lors de votre dernière visite à son cabinet, ou vous avez possiblement aperçu un titre dans le journal à ce sujet. Mais qu’est-ce que c’est exactement et pourquoi devons-nous nous y intéresser?

Le syndrome métabolique (aussi appelé le syndrome X) n’est pas une maladie en soi, mais est un ensemble de signes physiologiques qui mènent vers la maladie. Certains diront qu’il s’agit là d’une « sorte de maladie » du 21e siècle! Le syndrome métabolique fait appel aux symptômes suivants :

  • Un fort tour de taille
  • Un faible taux de « bon » cholestérol
  • Une obésité (surtout au niveau du ventre)
  • Une hypertension artérielle
  • Un trouble de la glycémie (prédiabète ou diabète)
  • Un taux élevé de triglycérides

Avez-vous présentement des défis de santé liés à ces symptômes? Si oui, prenez-les au sérieux ! Ils préparent un terrain de maladie.  Soyez conscients que votre tour de taille est un réel indicateur de votre état de santé  actuel et à venir.

Un Canadian sur 5 souffre du syndrome métabolique, ce qui le met à risque élevé pour le diabète et la maladie de cœur. Si vous faites partie de cette statistique, vous êtes également plus à risque d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus, de problèmes hépatiques (foie) et même de kystes aux ovaires.

Préférez l’action à l’inaction car la graisse viscérale (sur le ventre) est particulièrement néfaste à votre santé. Donc, agissez sur votre surpoids, votre sédentarité, votre stress, votre bol alimentaire, vos habitudes de tabagisme.

Il est possible de PRÉVENIR les pathologies associées au syndrome métabolique. Il n’en tient qu’à vous, car ce sont vos habitudes de vie et vos habitudes alimentaires qui créent le syndrome. Ce sont elles qui vont également l’enrayer. Vous n’avez pas de temps à perdre! Commencez dès aujourd’hui à protéger votre métabolisme, protéger votre santé, et protéger votre vie.

http://healthblog.ctv.ca

http://www.topsante.com (Objectif Tour de Taille et Objectif Santé)

Advertisements

Le stress — une cause de diabète chez les femmes!

Des chercheurs canadiens de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences ont déclaré récemment que 19% des cas de diabète chez les femmes sont associés au stress qu’elles subissent dans leur environnement de travail. Les auteurs ont pu affirmer ce constat à partir de leur examen de données provenant  de l’Assurance maladie de l’Ontario, portant sur 7 443 hommes et femmes, âgés de 35 à 60 ans.

Cette même étude a révélé que le stress au travail n’avait aucune incidence sur le développement du diabète chez l’homme. Phénomène surprenant et inexpliqué, les chercheurs offrent tout de même quelques pistes de réflexion sur cette réalité du diabète chez les femmes :

  • Les types d’emplois occupés; les femmes occupant des postes en bas de la hiérarchie (où elles ont peu d’autonomie) ont plus de chance d’avoir du diabète que celles qui ont pu progresser vers les échelons supérieurs au travail (plus grande autonomie).
  • Les réponses physiologiques et comportementales au stress; les femmes ne réagissent peut-être pas de la même façon au stress et peuvent être plus aptes à faire de mauvais choix alimentaires (gras et sucre) en période de stress.
  • Des explications hormonales;  quand il s’agit des hormones du stress, soit l’adrénaline et le cortisol, le corps des femmes réagirait possiblement de manière différente des hommes.

Conseil : Mesdames, outre le stress au travail, plusieurs facteurs peuvent augmenter vos risques de développer un diabète. Tenez compte de votre niveau d’activité, du tabagisme, de votre consommation d’alcool et de votre régime alimentaire… Les éléments qui contribuent au développement du diabète sont «sous votre contrôle». Soyez vigilantes et déterminées de bien prendre soin de votre santé.

Mon grain de sel : Lorsqu’il est question de santé au travail, chacune et chacun de nous devons faire partie de la solution. Notre attitude envers nos collègues de travail et nos employées peut, ou bien les aider, ou bien leur nuire, dans leur gestion du stress. Le soutien, le respect, l’écoute attentive, l’entraide, les valeurs humaines, une attitude d’ouverture… Faites votre part pour aider les femmes de votre entourage à mieux gérer leur stress (au travail, à la maison, entre amies, etc.), et par le fait même, à mieux gérer leur santé.

http://www.topsante.com (Diabète typiquement féminin : le stress au travail en cause)

Des chiffres sur le tabac

Loin de régresser, l’épidémie de tabagisme progresse à l’échelle mondiale; c’est le constat alarmant que dressent les auteurs d’une synthèse de données qui vient d’être publiée dans la revue médicale The Lancet (Global Adult Tobacco Survey). Les chercheurs ont examiné des données provenant de 16 pays, auprès de trois milliards de personnes âgées de plus de 15 ans, entre les années 2008 et 2010.

Qui fume ?

  • 48,6 % des hommes
  • 11,3 % des femmes

Total de gens qui fument ou font usage du tabac (parmi les 16 pays étudiés) ?

  • 852 milliards

Quels pays comptent le nombre le plus élevé d’usagers ?

  • La Chine avec 301 millions
  • Vient ensuite l’Inde avec 275 millions

Quel pourcentage de cancers de la sphère buccale sont la conséquence DIRECTE de la consommation de tabac ?

  • Près de 50 %

Combien de morts prématurées sont provoquées par le tabac chaque année?

  • Selon l’Organisme mondial de la santé, 6 millions

L’augmentation du tabagisme à des âges de plus en plus jeunes se fait chez les garçons ou chez les filles ?

  • Chez les filles

Qu’en est-il de la situation au Canada ? Il y a une baisse du tabagisme chez les Canadiens âgés de 15 ans* et plus.

  • En 1999, 25 % de la population étaient des fumeurs
  • En 2009, 18 % de la population étaient des fumeurs

*Les personnes qui n’ont jamais fumé pendant leur enfance ou adolescence ne commenceront fort probablement jamais. Dans une enquête menée en 1994, 84 % des fumeurs adultes canadiens avaient commencé à fumer avant l’âge de 20 ans.

Est-ce qu’il y a des différences parmi les provinces du Canada ?

  • Les données de 2003 indiquent que la Colombie-Britannique continue d’enregistrer la plus faible prévalence de tabagisme (16 %).
  • Parmi les autres provinces, le taux de tabagisme varie entre 20 % (en Alberta et en Ontario) et 25 % (au Québec).

Si les tendances actuelles de la consommation se maintiennent à l’échelle mondiale, l’usage du tabac pourrait être directement à l’origine de près d’un milliard de morts prématurées au courant du siècle.

Faisons-nous tout ce qu’il faut pour aider nos jeunes à ne pas commencer à fumer? Si vous avez des fumeurs dans votre famille, soyez d’un soutien irréprochable pour les aider à cesser de fumer. Votre attitude et votre appui peuvent faire toute la différence !

http://www.slate.fr (L’épidémie de tabac toujours plus galopante: un milliard de morts à cause du tabac au XXe siècle)

http://www.hc-sc.gc.ca

La pêche — parfait symbole de l’été !

La pêche, qu’elle soit blanche ou jaune ou en version nectarine, vous aidera à faire le plein de vitamines, de fibres et d’antioxydants. Saviez-vous qu’il en existe plus de 300 variétés sur la planète ? Imaginez une dégustation de pêches !  Hum, que c’est bon juste à y penser…

Originaire de la Chine, c’est Alexandre le Grand qui l’a apportée en Grèce. Tolérant bien le climat de la Méditérranée, ce merveilleux fruit s’est retrouvé en Espagne, qui à son tour la fit connaître en Amérique.

La pêche est un fruit riche en eau (87 %) et faible en sucre (9 %). Aucune raison de s’en passer puisqu’elle est désaltérante ET faible en calories. La pêche contient de la vitamine A et de la vitamine C, ainsi qu’une quantité importante de béta-carotène si elle est jaune. Plus la couleur de la pêche tire sur le rouge, plus les pigments flavonoïdes sont concentrés dans le fruit (ce qui favorise l’action de la vitamine C). Crue ou cuite, elle est idéale pour votre santé et vous aide à faire le plein d’énergie.

Conseil : La pêche est un fruit qui est bien toléré étant donné ses fibres tendres. Cependant, il faut la choisir bien mûre (légèrement molle). Si vous avez un intestin quelque peu capricieux, ce fruit, bien mûri, sera généralement bien toléré. Voilà pourquoi la pêche est souvent au menu des nourrissons. La pêche est constituée de composés alcalins, ce qui participe également à la bonne santé du système digestif en général — pour les petits et pour les grands.

Mon grain de sel : J’ai un souvenir tendre lié à la pêche qui est rattaché à mon enfance. Suite à une amygdalectomie, la gorge égratignée, la seule chose que je voulais manger était la purée de pêches pour bébés. Ma mère avait beau me rappeler que j’étais une grande fille (j’avais 5 ans !), et que les petits pots étaient pour les nourrissons, je ne voulais rien y entendre. J’en ai mangé à mon goût et même aujourd’hui, lorsque je déguste une pêche, j’ai 5 ans dans mon cœur !

http://www.destinationsante.com (Menus santé : gardez…la pêche !)

La tomate – la santé dans votre assiette !

Même si les tomates sont présentes toute l’année dans nos supermarchés, il n’y a rien comme les tomates fraîches que l’on récolte dans notre petit jardin en plein cœur d’été, ou encore celles que l’on achète dans les marchés saisonniers. Une tomate rouge, mûrie à point, ah, un goût d’enfance sur la langue…

La tomate apporte plusieurs bénéfices à notre santé. Elle est particulièrement riche en lycopène (un antioxydant), en bêta-carotène et en vitamine C. Le lycopène, est surtout concentré dans la peau de la tomate et est responsable de sa magnifique couleur rouge vif.

En plus d’aider le corps à lutter contre l’excès de cholestérol et l’inflammation, on attribue à la tomate des bienfaits dans la prévention des cancers (dont celui de la prostate) et la réduction du risque de maladies cardiovasculaires (30 % de réduction). La tomate regorge de vitamine C, ce qui nous aide à lutter contre les radicaux libres (responsables du vieillissement) et contribue à la santé de notre squelette, de nos dents et de nos gencives.

La tomate est présente dans toutes les cuisines du monde, sous multiples formes et des milliers de variétés. Elle contient beaucoup d’eau, peu de glucides, des fibres et une bonne dose de potassium et de magnésium. Bon appétit !

Conseil : Le jus et la pâte de tomates sont des concentrés puissants de lycopène. Ajoutez-les à vos sauces, vos pâtes, vos soupes. Pour améliorer l’absorption du lycopène, il est recommandé de mélanger les tomates avec un filet d’huile d’olive de qualité. Ces deux ingrédients sont complémentaires à votre santé. Le froid dégrade le goût de la tomate, donc conservez vos tomates à la température ambiante pour maximiser votre plaisir gustatif !

Mon grain de sel : La tomate est originaire de l’Amérique du Sud où on l’appelait « pomme d’amour » en raison de son rouge vif et de ses prétendues vertus aphrodisiaques. La tomate a d’abord été utilisée en médecine au début du XVIe siècle. La présence de cet aliment dans nos assiettes est venue plus tard. Les propriétés médicinales de la tomate sont encore reconnues aujourd’hui puisque de nombreuses études sont présentement en cours pour mieux connaître le rôle du lycopène dans la prévention du cancer du sein et du côlon, ainsi que dans la prévention de l’ostéoporose.

Références : http://www.lepoint.fr (Tomates : des légumes à rougir de plaisir l’été)  http://www.radio-canada.ca/actualite/decouverte/reportages/2000/tomate.html

Sel et santé : 5 chiffres

Beaucoup de Canadiens consomment une diète plus élevée en sodium que ce qui est recommandé pour une bonne santé. Faites-vous partie de ceux-là ? Voici quelques chiffres qui pourraient vous intéresser et vous guider dans votre démarche pour bâtir une meilleure santé :

  • 1 500 mg = recommandation de consommation de sodium par jour pour une santé optimale selon Santé Canada (la recommandation est différente pour les enfants et personnes âgées)
  • 2 300 mg = seuil de sodium quotidien maximal (à ne pas dépasser) selon Santé Canada
  • 3 400 mg = le montant de sodium consommé par la moyenne des Canadiens selon Statistique Canada
  • 6 014 mg = consommation quotidienne de sodium selon une étude menée auprès de 344 individus dans l’Est ontarien en 2010
  • 80 % = le pourcentage que représentent les aliments préparés (transformés et emballés) comme source principale du sodium dans l’assiette des Canadiens (donc 80 % du sel consommé provient des aliments déjà préparés)

Quelques conseils :

  • Réduisez votre consommation de sel en réduisant votre consommation d’aliments déjà préparés et en privilégiant des aliments frais que vous préparez vous-mêmes.
  • Lisez toujours les étiquettes des produits alimentaires que vous consommez afin de vous faire une idée réelle de votre consommation de sel dans une journée.
  • Soyez conscients et connaissants des effets des excès de sodium sur votre santé.
  • Si vous avez la salière facile, apprenez à utiliser d’autres moyens pour relever le goût de vos aliments (épices, fines herbes, algues).
  • Faites vérifier votre tension artérielle car les effets d’un excès de sodium dans votre corps risquent d’élever votre tension artérielle et vous met à risque de problèmes graves de santé (notamment la santé du coeur et des reins).

Références : http://www.hc-sc.gc.ca  www.ottawacitizen.com (Canadians’ sodium intake far higher than thought, Ottawa-area study shows)

Trois chiffres au service de votre santé !

Le Dr. Oz, célèbre cardiologue américain, dévoue une grande partie de sa pratique à la promotion de la santé et à la prévention de la maladie. Pour ceux et celles qui n’auraient pas eu l’occasion de voir son émission où il a présenté trois tests qui peuvent vous sauver la vie, voici un résumé des points essentiels.

À la base, trois chiffres sont au service de votre santé. Il vous faut absolument les connaître et les utiliser de manière à bâtir et maintenir une bonne santé. Ils sont :

  • Votre tour de taille
  • Votre pression artérielle
  • Votre taux de sucre sanguin

D’abord, votre tour de taille. Le tour de taille idéal devrait être la moitié de votre grandeur. Donc, une femme de 5,4 pieds devrait avoir un tour de taille d’un maximum de 32 pouces et un homme de 5,10 pieds devrait avoir un tour de taille d’un maximum de 35 pouces. Un tour de taille qui dépasse les seuils de la santé vous prédispose à la maladie cardiaque, au diabète et à certains cancers. Pourquoi? Parce que le gras sur l’abdomen contient des substances chimiques qui sont circulées dans votre corps et peuvent « encrasser » (rendre moins performant), voire endommager des organes comme le foie et le pancréas. Les substances toxiques augmentent également le niveau d’inflammation dans votre corps, ce qui augmente le risque de nombreuses maladies. Vous pouvez mesurer vous-même votre tour de taille.

Ensuite, votre pression artérielle. La pression optimale est 115/75. Vous êtes en hypertension si votre pression est 140/90. Dès que votre résultat dépasse la pression optimale, vous êtes considérés à risque de faire de l’hypertension. L’hypertension est souvent silencieuse (la personne ne sait pas que sa tension est élevée) et plusieurs organes peuvent alors être endommagés dont le cœur, les reins et le cerveau. Une pression artérielle élevée est souvent associée au surpoids et à l’obésité. Vous pouvez mesurer vous-même votre tension artérielle à l’aide d’une machine conçue à cet effet, ou visiter une pharmacie ou votre médecin.

Et enfin, votre taux de sucre sanguin. Pour éviter des problèmes de santé qui mènent au diabète, le taux de sucre sanguin doit se situer entre 4 mmol/L et 6 mmol/L le matin à jeun et entre 5 mmol/L et 8 mmol/L deux heures après le début d’un repas. Il y a près de 60 000 nouveaux cas de diabète chaque année au Canada. Il s’agit de l’une des maladies dont l’incidence croît le plus rapidement. S’il n’est pas traité, le diabète peut entraîner des complications très graves. Pour éviter d’être prédiabétique ou de devenir diabétique, il faut que le sucre sanguin demeure stable à l’intérieur des paramètres établis. Vous avez besoin d’un glucomètre pour mesurer votre sucre sanguin (que vous pouvez acheter à la pharmacie), sinon une réquisition de votre médecin pour un test sanguin en laboratoire.

Ne négligez pas ces trois chiffres. Ils sont au service de votre santé. Les connaître et vous en occuper peut vous sauver la vie ! 

Références : www.diabetescareguide.com http://www.droz.com

Nuage de mots-clés

%d blogueurs aiment ce contenu :