Approche préventive par l'alimentation et les habitudes de vie

Archives de janvier, 2012

Pratiquer la méditation pour la santé du cerveau

Une équipe de chercheurs de Harvard a publié une étude dans la revue Psychiatry Research: Neuroimaging. En utilisant l’imagerie par résonance magnétique, les chercheurs ont capté des images des cerveaux de 16 personnes ayant participé à un programme  de méditation d’une durée de 8 semaines, consacrant en moyenne 27 minutes par jour à des exercices de méditation. En comparant les images des cerveaux des méditants avec des cerveaux de personnes qui ne méditaient pas, les auteurs ont observé une augmentation de la matière grise chez les méditants dans la région de l’hippocampe, soit la partie du cerveau impliquée dans la mémoire, l’empathie, l’apprentissage et l’introspection. Ils ont également observé une diminution de la matière grise dans la partie du cerveau impliquée dans l’anxiété, soit l’amygdale, chez les personnes qui méditaient.

Conseil : Apprivoisez la méditation. Faites-lui une place dans votre vie quotidienne. En plus d’apporter un réel sentiment de bien-être et de détente physique au moment même de la pratique, les effets de la méditation vous accompagnent toute la journée et offrent des avantages cognitifs et psychologiques à long terme.

Mon grain de sel : Si vous n’êtes pas prêt pour la méditation tout de suite, vous pourriez commencer par pratiquer quelques poses de yoga. En concentrant sur la pose physique, vous donnez une pause mentale à votre cerveau. Commencez doucement et lentement. Visitez le site ci-dessous pour y obtenir 26 petits exercices de deux minutes chacun que vous pouvez  pratiquer à la maison et au travail. Si votre état de santé ne vous permet pas de pratiquer les poses, consultez votre médecin ou un spécialiste en yoga pour avoir des conseils avant de commencer.

http://www.ottawacitizen.com/health/office/6073306/story.html

Advertisements

Debout… au nom de la santé !

Saviez-vous que le simple fait de vous tenir debout active votre métabolisme, et du coup, peut être une stratégie dans la gestion d’un poids santé ? Selon une étude publiée dans le Journal of Physiology, en se tenant debout, on fait appel aux muscles de nos jambes, de notre abdomen et de notre dos. Lorsque ces muscles sont activés par l’action de se lever et de se tenir debout, ils relâchent des hormones qui activent notre métabolisme.

Conseil : Multipliez les occasions de vous lever dans le contexte de votre journée. Par exemple, si vous avez trois choses à ramasser sur une table, faites trois voyages au lieu d’un seul. Et la prochaine fois que vous vous impatientez dans une file d’attente, soyez conscient du fait que vous êtes en train d’activer votre métabolisme et de brûler des calories ! Le temps à attendre debout vous semblera soudainement plus utile et possiblement moins frustrant.

Mon grain de sel : C’est formidable que le fait de se lever active notre métabolisme, mais il ne faut pas oublier que l’inverse est également vrai. Le fait de passer beaucoup de temps assis (devant un ordinateur, un téléviseur) ralentit notre métabolisme. Dégourdissez-vous les jambes souvent en prenant une petite marche, deux, trois…

Trop de travail, risque de dépression

Des chercheurs britanniques ont comparé des populations de travailleurs afin de déterminer si le temps supplémentaire en milieu de travail pouvait augmenter les risques de dépression. Pendant 6 ans, ils ont suivi 2 000 travailleurs dont ceux qui étaient au travail pendant un minimum de 11 heures consécutives par jour, et ceux qui quittaient le travail après une journée de 7 ou 8 heures seulement. Les chercheurs ont conclu que le travail supplémentaire était un réel facteur de risque pour le déclenchement d’un épisode de dépression majeure chez les personnes qui travaillaient des journées d’une durée de onze heures et plus. Ils ont publié leurs résultats dans la revue scientifique PLos ONE.

Conseil : Si votre horaire de travail est trop chargé, tentez d’évaluer votre situation pour avoir des options. Même si la situation vous apparaît impossible à changer, discutez-en avec votre superviseur afin de mettre en place des stratégies gagnantes pour vous et votre employeur. C’est souvent en discutant qu’on arrive à des solutions créatives, qu’au départ, on croyait être impossibles à réaliser.

Mon grain de sel : Nous avons tous des défis par rapport au travail (pas assez de travail, trop de travail, salaire insuffisant, relations de travail compliquées, patron exigeant, etc.). Il est impossible pour la plupart d’entre nous d’avoir des conditions de travail « parfaites », mais chacun de nous doit prendre les moyens qu’il faut pour avoir la meilleure qualité de vie possible. Notre cerveau et notre corps recherchent un équilibre. Notre santé en dépend !

La cannelle: bon au goût, bon pour nous!

Selon certaines études, la cannelle aurait des bénéfices intéressants pour notre santé. Entre autres, elle aiderait notre corps à métaboliser le sucre plus rapidement, et elle réduirait notre taux de sucre sanguin. En plus, la cannelle présente une option intéressante en donnant un léger goût sucré à nos aliments, tout en étant très faible en calories. On dit aussi que l’odeur de la cannelle peut améliorer nos fonctions cognitives, notamment notre mémoire.

Conseil : Soyez créatifs pour incorporer la cannelle à votre alimentation. Vous pouvez la saupoudrer sur votre gruau ou encore sur un bol d’amarante cuite au petit déjeuner. Vous pouvez également aromatiser une sauce aux pommes ou ajouter la cannelle à vos recettes de crêpes, muffins ou pain doré.

Mon grain de sel : La cannelle est non seulement un pur délice pour le palais, elle peut aussi camoufler certains goûts, disons, moins agréables. Je suis une consommatrice de produits à base de chanvre, mais le chanvre a un goût plutôt prononcé en bouche. Ainsi, dans une recette de « smoothie » fait avec du lait de chanvre ou un morceau de pain tartiné au beurre de chanvre, la cannelle augmente mon plaisir gustatif tout en étant bonne pour ma santé. Une combinaison gagnante !

Huiles de friture et santé du coeur ?

Selon une étude publiée dans le British Medical Journal, ce ne serait pas tant la friture en tant que telle qui augmente les risques de crises cardiaques ou de maladies cardiovasculaires, mais bien le type d’huile qui est utilisée pour frire les aliments. Cette étude échelonnée sur une période de 14 ans a porté sur 40 000 personnes qui vivaient en Espagne et qui consommaient un régime de type méditerranéen. Les seules huiles utilisées pour frire étaient l’huile d’olive et l’huile de tournesol.

Conseil : Même si vous utilisez les huiles recommandées pour frire vos aliments, il n’en demeure pas moins qu’il est préférable, pour la santé de votre coeur, et votre santé tout court,  de varier vos façons de cuire les aliments et de limiter votre consommation d’aliments frits.

Mon grain de sel : Les huiles cuites à température élevée subissent une transformation et une dégradation de leur qualité. Pour obtenir les bienfaits des huiles pour ma santé, j’ajoute un filet d’huile d’olive de qualité sur mes aliments, après leur cuisson, donc juste au moment du repas. L’huile retient alors toutes ses propriétés bénéfiques, et mon coeur aussi !

Vitamine D et perte de poids

Un groupe de chercheurs du University of Minesota ont établi une corrélation entre les niveaux de vitamine D et la perte de poids. Les sujets de leur étude suivaient un régime réduit en calories, mais les chercheurs se sont rendus compte que ceux dont les niveaux de vitamine D étaient plus élevés avaient perdu plus de poids. Il semblerait donc que la vitamine D est l’un des facteurs qui peut aider dans la gestion d’un poids santé.

Conseil : En s’exposant au soleil, notre corps produit sa propre vitamine D. Exposez-vous au soleil une quinzaine de minutes par jour si possible. Vous pouvez également consommez des aliments riches en vitamine D dont le saumon, le thon, les céréales et le yogourt.

Mon grain de sel : Les bénéfices de la vitamine D dépassent largement la question de gestion du poids. La plupart des experts en nutrition ou en médecine s’entendent généralement pour dire qu’il est préférable d’obtenir nos éléments nutritifs à partir d’aliments plutôt que de suppléments. Mais dans le cas de la vitamine D, le consensus est de la prendre sous forme de supplément afin de s’assurer que notre organisme obtienne la dose nécessaire à une bonne santé.

Calmer son anxiété pour mieux gérer sa santé

Deux auteurs, dont un psychiatre de Harvard et la directrice du Institute of Coaching du McLean Hospital, ont publié récemment un livre intitulé « Organize Your Mind, Organize Your Life ». La prémisse des auteurs est que la désorganisation du cerveau a pris des proportions épidémiques dans notre société. Leur livre vise donc à offrir des stratégies qui aideront les gens à prendre leur vie, et leur santé en main. Parmi les stratégies pour « organiser la pensée », la première en liste est la suivante : Calmer la frénésie. Ils expliquent que les émotions négatives (colère, tristesse, inquiétude, irritation) prennent notre cerveau en ôtage et nuisent au travail du cortex préfrontal. Résultat ? Notre cerveau ne peut plus fonctionner correctement, c’est-à-dire dans le calme et la sagesse, et nous risquons alors de prendre de moins bonnes décisions.

Conseil : Lorsque vous êtes confrontés à une situation qui pose un défi, comme par exemple, une situation de santé difficile ou chronique, ne perdez pas de vue votre intention de bâtir une meilleure santé. Même dans un moment de découragement, ennuagé d’émotions négatives, ramenez vite votre pensée à un endroit positif. Constatez votre état émotif, acceptez-le, et passez à autre chose le plus rapidement possible, quitte à consulter pour mieux vous outiller dans ce domaine.

Mon grain de sel : Il faut parfois « déprogrammer » ce qui a été solidement fixé dans les sillons du cerveau depuis des décennies. Il y a plus de 25 ans, j’ai consulté un physiothérapeute privé au sujet d’une situation de santé pour laquelle les médecins avaient prédit que je serais un jour en fauteuil roulant. Je vivais dans la peur et dans l’attente du jour où je perdrais une partie de ma mobilité… Cet homme m’a conseillé de « tout oublier » ce qu’on m’avait dit de négatif sur ma santé et de faire confiance à mon corps pour sa guérison. Il avait pris le temps de m’enseigner une leçon de vie importante pour mon avenir, et 25 ans plus tard, je suis toujours sans fauteuil roulant…

Nuage de mots-clés

%d blogueurs aiment ce contenu :